• Accueil
  • > Disparition d’un génie …

Disparition d’un génie …

Tristesse et émotion fleurtent avec se sentiment d’abandon … Nous sommes désarmés face au départ tragique de ce « Petit Prince de la Mode« . De 1957 à 1960, Yves Saint Laurent oeuvrait à la pérennité de l’art de la Maison Christian Dior.

 

Première collection d’YSL pour Dior, la ligne Trapèze, qui moule le buste et s’évase à la naissance des hanches … paradoxe immense entre le New Look de Monsieur Dior.

 

Ligne Trapèze - 1958

 

Yves Saint Laurent a alors 21 ans, 24 ateliers et 1400 employés sous sa coupe. La presse fait la critique de son physique, plutôt timide et réservé, frêle, mince, des yeux bleus caché derrière d’immense lunettes à monture noire.

 

Ses inspirations lui chuchotèrent d’inventer, de réaliser et enfin de croire, au smoking pour femme : révolutionnaire ! Et encore, la saharienne, le caban, les pantalons à taille haute et les cuissardes.
Puis son appel sous les drapeaux l’oblige à quitter Dior et l’emmène dans une dépression … tragique car celle-ci va modeler son destin, en lui annoncant son remplacement à la tête de la Maison Dior qui l’a vu naître, par Marc Bohan.

 

Le 1er juin 2008 à l’âge de 71 ans, Yves Saint Laurent part retrouver ses rêves de drapés, dentelles, rayonnes, mousselines et autres tissus ajourés avec tant d’humilité et d’audace durant toutes ces années; il laisse derrière lui un patrimoine d’une richesse extraordinaire de beauté et de chef-d’oeuvres.

 

« Je ne suis pas un couturier, je suis un artisan, un fabricant de bonheur »

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire